Ammaara’s blog

THEME D’AMOUR, DE DECOUVERTE DE SOI ET DU PARDON

  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 21 juillet 2015
Archive pour le 21 juillet, 2015


Entre religion et culture – un pas à franchir

21 juillet, 2015
message en francais | Pas de réponses »

Le Coran n’enseigne-t-il pas que « Les biens et les fils sont

la parure [éphémère] de la Vie Immédiate » (XVIII, 46) ?

Pourtant beaucoup de musulmans et de musulmanes

n’entretiennent pas cette idée.

La société pratique l’amalgame entre la femme, le mariage

et la maternité, de sorte qu’il est inconcevable d’imaginer

une femme sans qu’elle soit épouse et mère. C’est sa

destinée, pourrait-on croire et la femme se laisse faire docile

ment car elle a fini par croire que tel est son destin.

Dès l’adolescence, les filles jouent aux mamans et inventent

même des noms qu’elles pourraient donner à leurs enfants!!

Beaucoup ont peur que si elles sont incaparables de

donner des enfants à leurs maris, surtout des bébés mâles,

leurs belle-mères pourraient leur mettre à la porte!

 

 

En ce qui concerne l’homme, la situation est tout

à fait différente. C’est un être social en premier lieu ; alors

que la femme est avant tout un être biologique.

La femme musulmane [vivant dans les pays majoritairement

musulmans, est désignée par le nom de son

fils aîné, « Mère d’un Tel ». Quel que soit son statut

social, la femme arabo-musulmane tire sa principale

richesse et son identité de sa progéniture.

Afin de ne pas l’humilier, la femme stérile ou

celle qui n’a pas encore eu d’enfant est surnommée « Umm

al-ghâyib », littéralement (mère de l’absent), autrement dit

de l’enfant qu’elle aurait pu ou dû avoir. À l’inverse, les

petites filles et les nouvelles mariées reçoivent le surnom de

« Umm al-banîn » (mère de [nombreux] enfants), censé

leur porter bonheur. Ainsi la société occidentale confirme-t-

elle le rôle de l’épouse-femme, alors que les sociétés

orientales consacrent celui de l’épouse-mère. Voilà

pourquoi la femme musulmane est plus attentive à sa

progéniture qu’à sa féminité. C’est pourquoi aussi elle est

souvent traitée avec autant d’égards et de respect en tant

que mère et, parfois, bafouée et malmenée en tant qu’épouse.

 

Hélas, dès leurs plus jeunes âges,

certaines femmes musulmanes sont conditionnées –

notamment dans le milieu rural et les catégories socio-

professionnelles les plus défavorisées –

à son futur rôle de mère.

 

Un bon mari

21 juillet, 2015
islamic injunctions | Pas de réponses »

Le véritable mari n’est-il pas celui qui reste au chevet de sa

femme lorsque celle-ci vit des épreuves?

Le véritable mari n’est-il pas celui qui est attentif et bon

envers sa femme, en lui donnant de bons conseils?

 

Que se passe-t-il aujourd’hui?

 

Beaucoup ont renoncé à leur devoir.

Ils ne supportent pas les épreuves. Ils fuient devant les

moindres problèmes.

Certains donnent de mauvais conseils tels que:

« Je ne veux pas que tu t’éduques! C’est une perte de temps! »

« Je ne veux pas que tu te couvres. Tu parais comme ma

mère »

« J’aime quand tu portes des pantalons au lieu des robes. ça

t’amincit »

Et la liste est longue…

 

Le mariage est une responsabilité. Celui qui n’est pas prêt

de prendre la responsabilité de son épouse, ne doit pas se

presser…mais plutôt s’éduquer sur le mariage

 

 

 

 

12

islam yasmina |
Message d'Amour du Père |
ALL FOR ISLAM |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ... de Christ et c'est tout.
| AMINOUR, universel-Islam
| mchefatima